Partagez | 

 RP #1, partie 3: ... l'infiltration...

Kakushi_FestungAmiralavatar

Messages : 53
Date d'inscription : 24/05/2014

RP #1, partie 3: ... l'infiltration...   Lun 18 Aoû - 23:15
RP #1, Partie 3 !

 

Dix Man’O’War sont en triangle, attendant les ordres du colonel Chihiro Makyoveru. Il s’adresse à sa flotte.

 

Chihiro : Bon… Cela doit vous sembler bizarre qu’un simple colonel soit à la tête d’une flotte aussi grande pour son rang, mais je tiens juste à vous signalez que les hauts gradés de la Marine ont des choses plus importantes à régler, c’est donc à nous de nous charger de la salle besogne. Mais rassurez-vous, si cette mission venait à réussir, vous serez très rapidement dirigé par un sous-amiral qui aura plus d’expérience que moi. Quoi qu’il en soit ! Shells Town est tombée aux mains des révolutionnaires ! En tant que soldats de la Marine, il est de notre devoir de reprendre la ville et de protéger les citoyens qui souffre de la dictature de ces rebelles ! Mais je vois dans vos yeux le doute, la peur, j’ai donc une question pour vous messieurs. Souhaitez-vous que votre femme se fasse violer ? Souhaitez-vous que votre fils soit envoyé en travail forcé par ces animaux ? Voulez-vous que votre petite fille qui vient de naître vous soit arrachée et envoyé aux crématoires ?! Vous ne voulez pas faire subir un tel châtiment à vos familles, alors pour eux, pour votre femme à vous tous et à vos enfant. Protégez-les en détruisant tous ces rebelles ! Maintenant, marchez avec moi, et protégeons notre peuple de ces barbares tous autant qu’il soit !

Soldats : AYE !!

 

Le navire de tête commence à avancer puis rapidement c’est la flotte tout entière qui s’avance.

Deux semaines de voyage s’écoulent, la flotte est près de Shells, mais toujours hors de sa portée.

 

Commandant : Mon colonel ? Puis je vous poser une question ?

Chihiro : Accordé. (Il affute son sabre et nettoie son pistolet)

Commandant : Pouvions-nous savoir ce que vous avez l’intention de faire ?

Chihiro : J’y viens commandant. Mais bon je pense que je peux compter sur vous pour cette petite mission personnelle. Je vais m’introduire dans la base, volé un uniforme rebelle et je vais faire quelque ronde pour analyser les lieux.

Commandant : Mon colonel… Vous êtes sûr ?

Chihiro : Vous inquiétez pas. La discrétion ça me connait. Vous prenez le commandement temporairement. Si je ne suis pas là demain soir vous attaquerez le lendemain avant l’aube. Attention, pas d’entourloupe. Si vous vous barrez pendant que je suis en éclaireur, M Geld s’arrangera pour vous dépecer vivant.

Commandant : A vos ordres mon colonel ! Jamais je ne trahirai la Marine !

Chihiro : Bien… Mettez ma chaloupe à la mer alors.

 

Après de longues minutes de navigation dans la petite barque. Chihiro reussi enfin à s’infiltrer dans la forteresse, mais pour qu’il se serve de son fdd il fallait qu’il touche quelqu’un pour prendre son apparence. Justement un garde patrouille dans la cour, le colonel regarde les alentours pour vérifier l’absence de gardes puis il s’avance dans l’ombre vers sa cible. Puis quand elle est suffisament à portée, il l’attrape par le cou, lui fait une prise et lui déboite les vertèbres silencieusement. Il prend le corps puis l’amène dans un coin plus éloigné. Il prend donc les vêtements de sa victime et les met sur lui, pas de chance, les vêtements sont d’une taille trop grande, mais…

 

Chihiro, claque des doigts : Activated. (Il se touche le torse)

 

Son corps commence à changer, sa corpulence adapte celle du soldat tué puis il se transforme complètement. Aucun défaut, une copie parfaite de sa victime. Il cache ensuite le corps de sa victime dans un buisson, prend ses armes puis il revient dans la forteresse. Pour simuler le bon révo, il fait quelques rondes dans la cour principale jusqu’à ce que quelqu’un l’interpelle.

 

Soldat révo : Eh ! James ! Qu’est-ce que tu fous là ?!

Chihiro : Euh… Bah je fais mes rondes !

Révo : Qu’est-ce que tu fous ?! Ça fait 30 minutes que je t’attends. T’étais passé où ?

Chihiro : Ah… Euh… Je pourchassai un lapinou, j’ai voulu le ramener pour nous en faire un bon festin…

Révo : Ah ! Toi et ta passion pour la chasse ! Tu l’as eu au moins ?

Chihiro : Bah on dirait bien que non… Dis-moi pourquoi tu m’attendais ?

Révo : Bah, t’es bête ou quoi ? On s’était échangé les postes de garde. Tu devais surveiller les prisons.

Chihiro : Ah oui c’est vrai j’avais complètement zappé ! Excuse-moi mec je suis un peu fatigué, faudrait demander au chef de nous donner un peu plus de répit !

Révo : Ça je suis bien d’accord mais tu le feras tout seul. Allez va rejoindre les prisons avant qu’on se fasse prendre.

Chihiro : Excuse-moi mais tu sais quand je suis fatigué je suis à moitié alzheimer, tu veux bien me rappeler où sont les prisons ?

Révo : Rah lala, tu prends la porte principale, tu descends au deuxième sous-sol, tu prends à droite puis à gauche, tu continues de descendre puis après tu prends à gauche au croisement, surtout pas à droite.

Chihiro : Y a quoi à droite ?

Révo : Les quartiers du général et de ses seconds ! Il n’aime pas les fouines et les soldats qui écoutent aux portes !

Chihiro : Ouais c’est vrai que le général n’est pas très commode ! Bon j’y vais avant que je me fasse tuer !

Révo : A plus !

 

Il passe la porte d’entrée, traverse un long couloir jusqu’à un escalier qu’il descend jusqu’au deuxième sous-sol, puis il continue d’avancer en tournant à gauche et à droite et enfin il voit un petit panneau avec marqué dessus « >> Général » et « << Prison ». Il choisit de s’approcher d’abord des quartiers du général, il se place contre le mur lorsqu’il entend une conversation.

 

Général : Alors ? Comment se passe le rassemblement ?

Haut gradé : Eh bien malheureusement, nous n’avons pas de très bonnes nouvelles…

Général : Expliquez-vous…

Haut gradé : Eh bien, Raito a essayé tant bien que mal de négocier la vie de ces gens, mais il n’arrive pas à se faire respecter… Du coup j’ai peur que notre gouvernement ne tienne pas vraiment en place à cause de lui.

Général : Au diable ce Raito ! On n’a pas besoin d’un gamin qui prétend être pour la liberté en étant pacifiste ! Surtout que ça ne lui rapportera rien du tout. Ça revient au même que de gueuler en plein milieu des gens sur une place. En conclusion, ça ne sert à rien. La marine en a rien à faire de son pacifisme, quand ils auront l’occaz de le tuer ils le tueront.

Haut gradé : Que voulez-vous dire exactement ?

Général : Nous utiliserons Raito pour gagner cette guerre contre les Marines, mais une fois que notre Ordre sera mis en place nous éliminerons ce gamin et ses alliés. Ils sont beaucoup trop imprévisibles et on ne peut pas leur faire confiance.

Haut gradé : Vous pensez qu’ils nuiront à notre Ordre ?

Général : Oui, j’en suis même sûr. Je n’aime pas Raito, je n’aime pas ces idées et sa façon de faire. Le peuple a besoin de quelqu’un qui sache le diriger, le discipliner, le guider !

Haut gradé : Vous obéissez à quelqu’un d’autre ?

Général : Toi et moi nous avons été enrôlé parce qu’on nous a payé. Cet argent je l’ai donné à mon maître, c’est lui qui s’occupe de tout cela. Et lorsque nous serons au pouvoir c’est lui qui s’arrangera pour tirer les ficelles.

Haut gradé : Mais de qui parlez-vous ?

Général : Vous n’avez pas besoin de son nom. Retenez juste son titre : Dieu. (Minuit sonne) Seigneur il est tard ! Excusez-moi mais je dois allez me coucher. Vous savez être général à mon âge ce n’est pas de tout repos. (Chihiro se cache derrière la porte quand elle s’ouvre)

Haut gradé : Naturellement Général ! Je reviendrai demain avec une bouteille si vous le souhaitez.

Général : Avec joie ! Alors à demain soir, camarade.

 

Le haut gradé s’en va et le Général ferme la porte. Chihiro prend donc le couloir de la prison et descend un escalier sombre jusqu’à atteindre les geôles. Il continu son avancé jusqu’à rejoindre une cellule avec une porte à double blindage réservé au prisonnier les plus dangereux. Il se doutait que si on souhaitait mettre un amiral de la Marine en prison ce serait dans une cellule comme celle-ci. Il frappe à la porte. Un gros bourreau qui était à l’intérieur répond.

 

Bourreau : QUOI ?!

Chihiro : Le général m’envoie te relayer.

Bourreau : Quoi ?! C’est quoi ces conneries ?

Chihiro : Bon très bien je vais dire au général que tu n’es pas très coopératif. J’obeis juste aux ordres.

Bourreau : Attends attends une minute. Je dis pas non à une pause là.

 

Il ouvre la porte blindée et sort. Chihiro lui donne une petite tape sur l’épaule pour le remercier avant de rentrer dans la cellule et de se faire enfermé. Sur le sol, les mains enchainés vers le ciel, gisait le corps du pauvre amiral Festung. Chihiro est pris d’un excès de rage envers les révolutionnaires pour avoir commis de telles monstruosités sur son supérieur. Il s’agenouille auprès de son amiral et reprend sa vrai forme.

 

Chihiro : Qu’est-ce qu’on vous a fait amiral Festung …

 

Il pose deux doigts dans son cou pour savoir s’il était toujours en vie, son cœur bat assez lentement.

 

Chihiro : Amiral… Est-ce que vous m’entendez ?...

 

Dans un gémissement d’agonie…

 

Kakushi : Ch…Chi…hiro…

Chihiro : Non ne parlez pas amiral. Gardez vos forces. Nous sommes là pour vous extraire, mais vous devez tenir jusqu’à demain amiral. Nous serons là demain. Tenez bon.

 

Aucune réponse… C’est comme s’il était plongé dans une sorte de coma. Chihiro sort une seringue avec une petite fiole, il remplit sa seringue avec et l’injecte dans la jugulaire de Kakushi.

 

Chihiro : Cela devrait vous aider à tenir. Je vais vous en faire une deuxième amiral, et vous pourrez vous sentir mieux demain.

 

Il lui fait une deuxième injection.

 

Chihiro : Monsieur, nous serons là demain soir, je vous demande juste de tenir bon jusque-là. Vous avez tenu plus d’un mois ici alors vous pouvez tenir une journée de plus. Soyez fort. Tenez bon.

Kakushi : Chi…hiro…

Chihiro : Oui, mon amiral ?

Kakushi : De… l’eau…

Chihiro : Oui monsieur. Tenez.

 

Il prend sa petite gourde d’eau qu’il avait sur lui, il la porte à la bouche de Kakushi et la renverse légèrement en arrière. Le sous-amiral boit de très grosse gorgé pour un prisonnier complètement détruit physiquement. En quelques secondes, la gourde se vide et il n’y a plus que quelques gouttes dedans.

 

Chihiro : C’est tout mon amiral… Il n’y en a plus…

Kakushi : M… Mer…ci…

Chihiro : Je vais vous laisser mon amiral. Je vais préparer votre extraction. Tenez bon.

 

Il se lève et tente d’ouvrir la porte blindé mais elle ne bouge pas d’un pouce. Il se transforme alors en bourreau puis il parvient à l’ouvrir, il sort et la referme sans trop forcer sur la serrure. Il commence à se diriger vers l’escalier de sorti quand soudain…

 

Voix : Psssssss !

 

Il regarde autour de lui, puis il remarque une jeune femme qui lui fait signe de la suivre. Chihiro s’en approche et la femme l’emmène dans les étages inférieurs… La morgue.

 

Chihiro : Qui êtes-vous ? Que voulez-vous ?

 

Un homme s’approche d’elle et se met à côté.

 

Homme : Nous sommes ceux qui vous ont envoyé le message. Je suis Itcho et voici ma sœur Nii

Chihiro : Vous ? Mais que faites-vous ici ?

Nii : Pardonnez-nous. Nous avons tenté d’aider au maximum votre amiral. Mais Chris ,le bourreau ne nous laisse pas l’approcher sans l’accord du général.

Itcho : Nous avons tenté de vous prévenir. De vous informer au sujet de son état. Nous avons essayé de le maintenir en vie aussi longtemps que nous avons pu mais s’il continue à rester ici et à supporter tout leur traitement il risque de mourir.

Chihiro : Je lui ai donné un mélange d’analgésique et de remontant. Cela devrait calmer les douleurs et lui donner un peu d’énergie pour tenir jusqu’à demain. Nous allons tenter de vous extraire vous et lui demain. Mais vous devrez prêt à agir et à le faire sortir. Nous attaquerons la forteresse demain et si les soldats marins vous voient je ne sais pas s’ils vous laisseront en vie sur le moment.

Itcho : Vous inquiétez pas pour nous. Nous savons nous défendre et nous serons prêts.

Chihiro : Bien. Tachez de rester en vie. La marine tient à ce que vous soyez en vie.

Nii : On fera ce qu’on peut.

Chihiro : Bon j’y vais. Je n’ai pas envie que ma flotte attaque sans moi.

Itcho : Soyez prudent. Nous ne sommes plus beaucoup mais les gardes patrouillent beaucoup.

Chihiro : Sauf que je peux être un garde.

 

Chihiro remodèle son apparence et se transforme en révo.

 

Nii : Impressionnant ! Vous pourrez peut-être passer plus facilement dans ce cas. Soyez prudent quand même.

Chihiro : A demain.

 

Il s’en va et quitte la prison ainsi que le fort. Il rejoint sa petite barque mise dans la nature et la met à la mer. Il repart vers sa flotte. Mais la mer est quelque peu agitée et il met plus de temps à revenir. Il met trois heures à revenir sur son navire.

 

Commandant : Alors mon colonel ? Qu’avez-vous vu ?

Chihiro : Je n’ai pas vu beaucoup de garde. Je pense qu’il dorme tous à cette heure. J’ai réussi à obtenir un contact avec l’amiral Festung.

Commandant : Comment va-t-il ?

Chihiro : Mal… Très mal… Si nous n’étions pas arrivés plus tôt il serait mort dans les prochains jours.

Commandant : Que proposez-vous mon colonel ?

Chihiro : Le jour va bientôt se lever. On ne peut pas attaquer tout de suite. Nous allons organiser cela pour les prochaines aurores. Tout le monde doit se reposer et se préparer avant cela.

Commandant : Oui colonel.

Chihiro : Vous pouvez disposer, commandant.

 

Le commandant le salue, Chihiro en fait de même et le commandant tourne les talons. Le colonel rejoint ses quartiers et s’endort rapidement en se remémorant son amiral, gisant sur le sol glacé, faible et totalement détruit physiquement par la torture rebelle.

 

A SUIVRE.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Partie de plaisir
» L'heraldique des blasons - Partie 1
» Unité d'infiltration en formation !!!
» Habs vs Bruins (partie 6)
» infiltration a midi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Green Line RPG :: RP :: Les Blues :: East Blue :: Shells Town-