Partagez | 

 RP#5 : L'après guerre de Nossilom

Kakushi_FestungAmiralavatar

Messages : 53
Date d'inscription : 24/05/2014

RP#5 : L'après guerre de Nossilom   Dim 14 Déc - 18:29
RP #5 !

La bataille de Nossilom est terminée. Les révolutionnaires ont été vaincus et les captifs seront jugés et condamnés de prison à vie ou à mort. Kakushi revient de son combat contre Kraft, il s’entretient avec Chihiro.

 

Chihiro : Amiral ! Je suis ravi de vous revoir sauf. Vous n’avez pas l’air d’être en si mauvais état.

Kakushi : Ah Chihiro ! J’ai une pêche d’enfer en ce moment ! Mais bon cette histoire est terminée maintenant. Quel est le bilan de la situation ?

Chihiro : L’armée révolutionnaire était composé de rebelles mais aussi de hors la loi. Ces derniers étaient presque tous saouls. Ce n’était pas vraiment un problème et notre attaque surprise et structurée les a tous déstabilisés. Nos pertes ne sont pas énorme comparé à la leur.

Kakushi : Parfait. Fais-moi penser à demander aux supérieurs de te discerner une médaille pour ton commandement. Tu ferais un bon général d’armée de terre.

Chihiro : Vous m’en voyez ravi, Monsieur. Cependant il reste un détail. Un petit groupe a réussi à s’échapper et s’apprête à reprendre le large.

Kakushi : Très bien. Nous devons tous les capturer avant qu’ils ne s’échappent. Préparez un blocus. Que personne n’entre ou sorte sans m’avoir demandé la permission.

Chihiro : C’est déjà fait Monsieur. Le blocus sera fin prêt dans les prochaines minutes, nous avons encerclé l’île.

Kakushi : Beau travail. Connais-tu leur dernière position ?

Chihiro : Un petit village de pêcheur à environs quelques kilomètres. Ils se servent des habitants comme otages même s’ils se sont tous fait tués ou enfuis.

Kakushi : Parfait. J’ai encore de l’énergie à revendre. Garde le blocus actif et attend mon signal.

Chihiro : Bien reçu ! Je vous prépare une escorte ?

Kakushi : Pas besoin. Je vais y aller seul. J’ai envie de me « déchainer » un peu.

Chihiro : Je vois. Dans ce cas amusez-vous bien, mais faites attention quand même.

Kakushi : Pas de souci.

 

Kakushi se met en route et marche lentement et confiant vers le petit village. Quelque trentaine de minutes plus tard, il arrive aux portes du village. En effet, il y a un certain nombre de survivant par ici. Il remarque que des gens ligotés sont emmené dans une chapelle au centre du village. C’est sans doute ici où sont stockés les otages. Il marche tranquilement dans le village sans que personne ne se soucie de lui puis il s’arrête un moment. Les rebelles vaquent à leurs occupations sans prêter attention à lui. Pour briser cette chaîne sans fin, le Marine se met à agir.

 

Kakushi : Rebelles !!! La Marine vous a cerné ! Cependant j’ai une offre à vous faire ! Savez-vous qui je suis ?!

 

Les révolutionnaires se tournent tous vers lui et commencent à dégainer armes et pistolets. Ils se mettent à trépigner et à s’agiter.

 

Révo 1 : C’est l’amiral Festung ! Celui qui a tué le général Kraft !

Révo 2 : On doit le tuer ou c’est lui qui nous tuera !

 

Kakushi sourit et abaisse un peu son chapeau.

 

Kakushi : En effet. Vous allez tous mourir. Cependant je souhaite vous laisser une chance… De me divertir un peu. Je vous que vous m’affrontiez tous en même temps. Si vous parvenez à me maîtriser et à me capturer, j’ai fait en sorte que la Marine vous laisse partir. *Mensonge, je veux juste m’amuser.*

 

Un révo s’approche de lui, sans doute un gradé.


Gradé : Tu nous prends pour qui ?! Pour des animaux !? La Marine est bien comme ça de toute façon ! La bataille de Nossilom a peut-être joué en votre faveur, mais la guerre contre la Marine est loin d’être terminée !  Nous allons nous assurer que vous mourrez tous un par un ! Ensuite nous allons former un nouveau monde de paix ! Sans loi ! Sans aucune forme répressive ! Un monde de paix !

Kakushi : Tu es ennuyeux à mourir avec tes vaines paroles qui n’ont aucun sens. J’ai déjà entendu vos histoires à dormir debout. Ce que je veux moi c’est de la baston ! Je me suis emmerdé avec votre général. J’espère que se sera plus amusant avec vous…

 

Le gradé rigole.

 

Gradé : Tu veux t’amuser ? Pas de problème.

 

Les soldats rebelles encerclent Kakushi mais il ne bouge pas d’un pouce.

 

Gradé : Quelle dommage que vous n’assisterez pas à la genèse de notre nouveau monde.

 

***************************************************Start****************************************

 

Gradé : Enfin bon. Qu’il en soit ainsi !


Les soldats sortent tous leurs fusils et pistolets. Ils le visent et dans un éclair, tout le monde tirent sur le Marine. Mais une tornade de sable et de poussière se forme autour de lui et balaie les armes à feu. Quelque secondes s’écoulent et la tornade s’estompe pour faire paraître un amiral immobile les yeux rivés vers le sol.


Gradé : Mais qu’attendez-vous ! Tuez-le ! Égorgez-le ! Transpercez-le ! Saignez-le !


Ils dégainent tous leur sabre et se jettent sur lui. Dans un air de danse, le Marine esquive aisément les coups sans peine et parvient même à bousculer ses ennemis jusqu’à les faire transpercer par leur camarades. Tous commencent donc à s’écarter et à réfléchir comment le battre.


Gradé : Vous êtes sourds ??!!! J’ai dit TUEZ LE !!!

Kakushi : Je sens que ce sable va bientôt virer au rouge…


Soudainement, les rebelles plongent leurs yeux dans le regard bleu de l’amiral et ressentent une peur incontrôlable. C’est comme s’ils voyaient la mort devant eux ! Et dans une fraction de seconde, l’amiral claque des doigts et le cercle de rebelles se fait soudainement balayé. Des chaines apparaissent autour du Marine. 


Kakushi : Il n’y a aucune issue… Ce village, sera votre tombe ! 


Les chaines tintent et s’éparpillent dans toutes les directions, s’enroulant autour des membres des ennemis, les frappant et les pourchassant. Kakushi ne produit aucun mouvement. Elles s’infiltrent dans toutes les maisons, dans tous les endroits, elles fouillent elles-mêmes tout le village de fond en comble, à chaque centimètre ! Tous ceux qui s’étaient caché se font tuer immédiatement dans leur cachette. Et alors que les cris de tous les soldats rebelles commencent à disparaître. Le gradé, apeuré, assiste à la scène avec l’effroi à la gorge. Ses jambes n’obéissent plus, il est tétanisé par tant de violences et de puissance venant du Marine. Celui-ci s’approche lentement de lui alors que des révos se font déchiqueter de toutes parts. Kakushi le regarde intensément droit dans les yeux, puis l’attrape par le col de son manteau et se met à le frapper violemment et à le ruer de coup. Il le frappe sur le mur puis l’envoie soudainement valser sur un rocher. Il lui assène un coup de pieds dans la tempe puis frappe sa tête contre le rocher. 


Kakushi : Créer un monde sans loi ? Je voudrai bien t’y voir toi… Même pas capable de survivre face à une petite boucherie… 


Il l’achève en lui détruisant les cervicales. Un silence de mort règne ensuite sur le village. Les rues sont emplies de sang et de cadavres décapités, éventrés, écartelés, égorgés,… Mais un claquement de main retentit. Kakushi se retourne et voit un homme assis sur une chaise en train d’applaudir. Un homme aux longs cheveux argentés et au regard vert dorée.

 

*******************STOP MUSIC********************************************

 

Homme : Eh bien ! Je suis surpris par tant de grâce ! Depuis combien de temps n’ai-je pas vu un combat sans bain de sang chez les Marines ?

Kakushi : Qui es-tu ?

Homme : J’ai bien des noms ! Tous différents et pourtant tous magnifiques ! Certains m’appellent Dieu, d’autres le messie. Mais souvent, on me nomme le « Fantôme Blanc », Kakushi.

Kakushi : Ah… C’est donc toi le fameux Masashito ?

Masashito : Oh !!! Je suis surpris que l’on t’ait parlé de moi ! Laisse-moi deviner, un membre de ta famille que j’ai tenté de tuer ? Non non attends. Ta femme que j’ai violé ? Euh non attends, aaaaaaaaaah ! Je ne me souviens plus !!!!!!!

Kakushi : Tu es complètement malade…

Masashito : Tais-toi ! JE NE SUIS PAS MALADE !!!! C’est vous les malades ici ! Je suis Dieu tu entends ??!!!! Mais je dois t’avouer que pour te prouver ma clémence, tu peux t’agenouiller devant moi et me montrer le respect que tu me dois.

Kakushi : Et puis quoi encore… Ce que je vais faire moi en tout cas c’est te mettre en cellule !

Masashito : Pas si vite ! Voyons ! Nous ne voudrions pas que des enfants et des jeunes femmes se blessent !


Il sort une sorte de télécommande. 


Masashito : Tu vois cette chapelle ? Dedans y sont entreposés des femmes et des enfants. Les hommes ont été tué j’en ai bien peur. Cependant sache que si tu ne te prosternes pas devant moi je vais mettre un terme à leur misérable vie pathétique !

Kakushi : Tu es complètement cinglé ! Tu n’as donc aucune humanité dans ce que tu fais ! Des enfants sont enfermés comme de simples animaux et toi tu t’amuses à chercher le respect avec eux ??!

Masashito : JE NE SUIS PAS CINGLÉ !!! 


Il appuie sur le bouton de colère. 


Masashito : Oups… J’ai appuyé sur le minuteur… Bon tant pis pour toi, t’a environ une minute pour sauver tes animaux. Sur ce je te dis bonne chance.

 

Il s’en va en courant, Kakushi commence à le poursuivre mais il hésite soudainement. Le ratrapper ou sauver les habitants ? Le choix est vite fait, il court vers la chapelle, force la porte et arrache la bombe attachée au pilier et la jette à la mer. Une explosion retentit et de grosse vagues s’échouent sur la plage. Les habitants sont saufs.

 

Kakushi : Tout va bien ! La Marine est là ! Vous êtes en sécurité maintenant !

 

Les femmes et les enfants pleurent encore de peur mais dans le fond ils sont rassurés.

 

Kakushi : Je vais vous bander les yeux. C’est pas très beau à voir dehors. Je vais vous ramenez à une de nos bases, vous y serez en sécurité. Mais vous devez me faire confiance. Vous avez compris ?

 

Elles bandent les yeux de leurs enfants et les leurs et font un oui de la tête.

 

Kakushi : Bien. (Il fait apparaître une longue chaine) Vous allez tous attraper cette chaine et vous me suivez. Ne retirez sous aucun prétexte vos bandeaux. Faites-moi confiance !

 

Les femmes et enfants attrapent la chaine et se mettent en file indienne. Ils commencent à sortir de l’église et une odeur de sang règne sur le village. Elle fait comprendre aux villageoises ce qui s’est passé mais le fait qu’elles ne puissent pas voir les rassurent légèrement. A la sortie du village, loin du combat sanglant, l’amiral leur fait retirer leur bandeau et part pour la base Marine.

 

A SUIVRE ! (Prochain RP: #5.5 en mer et #6 à Marine Ford)


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ma petite collection de Geekeries =)
» L'après-guerre d'un général de lumière. [Solo]
» Retrouvaille d'après guerre [PV ELISAN]
» Les rois et autres nobles après la guerre de l'anneau
» La vie après la guerre [Pv Kanade Hitomi][FB]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Green Line RPG :: RP :: Les Blues :: East Blue :: Nossilom-